A Alès, Merlin Gérin veut délocaliser une partie de ses activités

 |  | 468 mots
Lecture 3 min.
L'usine alésienne Merlin Gérin pourrait délocaliser une partie de ses activités en Hongrie et au Maroc.
L'usine alésienne Merlin Gérin pourrait délocaliser une partie de ses activités en Hongrie et au Maroc. (Crédits : DR)
Dans le Gard, Merlin Gérin (groupe Schneider Electric) emploie environ 300 personnes. La direction du groupe souhaite délocaliser « des activités manuelles à faible valeur ajoutée » pour se recentrer notamment sur la fabrication de sous-ensembles et disjoncteurs modulaires pour machines automatisées. Les salariés s’inquiètent et s’opposent.

L'inquiétude est vive chez les salariés de Merlin Gérin Alès (groupe Schneider Electric), dans le Gard. Le 9 février, une centaine de salariés gardois, sur les 309 que compte le site, a manifesté contre le plan d'évolution de l'usine alésienne, initialement présenté en décembre dernier.

Ce plan prévoit, selon les syndicats, la suppression 40.000 heures de travail sur le site, ce qui correspond, selon eux, à la suppression de 26 emplois. Question de sémantique, la direction de Schneider Electric parle, elle, d'un volume représentant 10% des heures...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :