Matooma rachetée par le britannique Wireless Logic Group

 |   |  444  mots
Matooma a été cofondée par Frédéric Salles
Matooma a été cofondée par Frédéric Salles (Crédits : Matooma)
Spécialiste des solutions de connectivité IoT et M2M, le groupe britannique Wireless Logic a annoncé, le 25 juillet, le rachat de Matooma. Créée en 2012, la PME héraultaise, aujourd’hui installée à Pérols, s’est imposée comme un acteur majeur du dialogue entre objets connectés via cartes SIM.

La pépite montpelliéraine Matooma, spécialiste du dialogue entre objets connectés via carte SIM, passe sous pavillon britannique. La société anglaise Wireless Logic Group, déjà présente en France, annonce, dans un communiqué, avoir racheté Matooma pour un montant dont la somme n'a pas été dévoilée.

Un parc d'objets connectés triplé

Rentable depuis trois ans avec un chiffre d'affaires 2018 de 11 M€ (projection : 15 M€ en 2019), Matooma permet à ce jour, chez 2 500 clients, la connexion de quelque 500 000 objets connectés via une carte SIM, quel que soit l'opérateur. Avec cette reprise, la société montpelliéraine rejoint un acteur qui compte six fois plus d'objets connectés dans son portefeuille : 3,1 millions à ce jour, détaille son site Internet.

"Nous sommes ravis d'accueillir l'équipe de Matooma au sein du groupe. En seulement sept ans, l'entreprise a acquis une solide réputation dans l'Hexagone en proposant des services de connectivité IoT extrêmement réactifs et personnalisés, soutenus par une notoriété exceptionnelle. Au cours des prochains mois, notre programme d'intégration permettra au groupe d'améliorer les meilleures solutions de sa plate-forme de connectivité dans lesquelles Matooma jouera un rôle important, en particulier ce qui constitue aujourd'hui ses marchés cible", explique Oliver Tucker, le P-dg de Wireless Logic Group.

Élargir le marché de la connectivité

Injoignable jeudi par téléphone, Frédéric Salles, président et cofondateur de Matooma avec Nadège Salles et John William Aldon, commente, d'une formule convenue, le rachat de sa société dans le communiqué publié par nouvel actionnaire : "Nous sommes impatients de combiner nos forces avec Wireless Logic et de construire ensemble un avenir plus radieux encore avec le même enthousiasme que nous accompagnons le développement du marché de la connectivité IoT en France et ailleurs."

Créée voilà sept ans, Matooma s'est souvent distinguée des autres entreprises du secteur du numérique en récusant le terme de start-up (lui préférant le plus classique qualificatif de PME) et en refusant régulièrement les propositions de levée de fonds. Ainsi, dans son histoire, l'entreprise n'a qu'une seule fois ouvert son capital (en 2013) à des fonds régionaux (Irdi Soridec et Sofilaro) pour un montant d'un million d'euros.

Ancien salarié de SFR (à l'époque propriété de Vivendi), Frédéric Salles avait quitté l'opérateur, ce dernier ne souhaitant pas le suivre dans son projet de développer l'internet des objets via carte SIM. Installée dans un premier temps à Cap Omega, à Montpellier, l'entreprise avait rejoint Pérols quelques années plus tard. Matooma emploie à ce jour une cinquantaine de collaborateurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/07/2019 à 11:45 :
Reprendre, même en traduisant, le communiqué de presse, ça ressemble ... à rédiger un communiqué de presse, et un non à un article de presse. Je parle de la citation d'Olivier Tucker, évidemment.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :