Covid-19 : premiers impacts sur l’économie touristique en Occitanie

 |   |  759  mots
Déjà plus de 80 % des professionnels du tourisme en activité déclarent avoir été contraints de fermer leur structure à ce jour, dont 62,5 % totalement.
Déjà plus de 80 % des professionnels du tourisme en activité déclarent avoir été contraints de fermer leur structure à ce jour, dont 62,5 % totalement. (Crédits : Office de Tourisme du Canal du Midi au Saint-Chinian)
La note conjoncturelle du mois de mars émise par le Comité régional du tourisme d'Occitanie n’est évidemment pas optimiste. La crise sanitaire du Covid-19 a déjà commencé ses dommages sur l’économie régionale du tourisme, avec notamment une chute vertigineuse des réservations.

Le début de printemps marque traditionnellement le début de la saison touristique en Occitanie. Mais cette année, les mesures de confinement liées à la pandémie du Covid-19 ont mis un coup d'arrêt à l'activité touristique. Le Comité régional du tourisme d'Occitanie (CRT) dévoile les premières tendances dans sa note conjoncturelle du mois de mars.

Dès la première semaine de confinement, le CRT a interrogé les prestataires touristiques régionaux afin d'établir un baromètre de l'activité touristique.

« Les résultats traduisent clairement un avant et un après 17 mars et tout particulièrement en termes de réservations, qui se sont d'abord infléchies au cours de la dernière semaine de février où on assistait à une progression de l'épidémie de Coronavirus en Europe, avant de chuter à partir de la deuxième semaine de mars », observe le CRT.

Déjà du chômage partiel

Ainsi, sur près de 3 800 questionnaires en ligne (complétés au 30 mars), plus de 80 % des professionnels en activité déclarent avoir été contraints de fermer leur structure à ce jour, dont 62,5 % totalement. Près des trois quarts des professionnels non ouverts à l'année ont retardé leur ouverture.

La baisse du chiffre d'affaires estimée est très marquée sur la première quinzaine du mois de mars, à environ - 53,3 % en moyenne, et s'est accentuée depuis, obligeant déjà 30 % des professionnels à mettre en place des mesures de chômage partiel ou technique. L'impact sur le recrutement de personnels est ressenti par 30 % des professionnels.

Enfin, 63 % des professionnels ont cité au moins un besoin prioritaire en termes d'aides aux entreprises.

Hôtellerie de plein air : 90 % de baisse

Devant l'incertitude sur le calendrier de sortie de crise, les professionnels d'Occitanie font état du fort taux d'annulations ou de reports de réservations sur les mois de mai (58 %), juin (32 %) et juillet avec (18 %), tandis qu'avril est déjà pratiquement condamné avec 86 % d'annulations ou reports.

Pour la seule semaine du 16 au 22 mars, l'hôtellerie de plein air a enregistré une baisse de 90 % des réservations (pour avril et mai) par rapport à la même semaine de 2019.

Selon le CRT, « les projections concernant les réservations impactent négativement le début de saison mais laissent encore un espoir sur les mois d'été ».

Dans les hôtels, l'activité touristique commerciale, quasiment à l'arrêt, se traduit par des taux d'occupation inférieurs à 10 % au-delà du 18 mars (contre 60 % à la même période en 2019) dans les rares hôtels encore ouverts.

Incertitude sur Airbnb et Vrbo

Sur les plates-formes Airbnb et Vrbo (groupe Expedia), les réservations au mois de février 2020 ont augmenté de 55 % et ce, malgré le début la propagation du virus sur le territoire français, mais les chiffres de mars ne sont pas connus à ce jour.

Des répercussions sur le moyen terme sont déjà connues. En effet, Expédia France fournit des chiffres de réservation pour les 6 mois à venir en Occitanie. Au 17 mars, le nombre de ces réservations était en baisse de 13 % pour les touristes étrangers et de 22 % pour le marché domestique (pa rapport aux réservations à la même date en 2019).

De la même manière que partout en France, le trafic commercial est quasiment à l'arrêt dans les aéroports régionaux avec la fermeture de la quasi-totalité des lignes par les compagnies aériennes (dernier vol commercial à l'aéroport de Montpellier le 30 mars).

« Besoin d'être écoutés et accompagnés »

L'Organisation mondiale du tourisme (OMT) prédit que « 2020 sera la pire année pour le tourisme depuis 70 ans » et table sur une baisse du nombre de touristes internationaux de 20 à 30 %.

« Le nombre record de questionnaires renseignés traduit, de la part des prestataires, un réel besoin d'être écoutés et accompagnés, déclare Virginie Rozière, présidente du CRT. Le début de saison est d'ores et déjà compromis, et quand bien même un important report des réservations s'effectuerait une fois le confinement levé, il n'y a pas de rattrapage possible dans le secteur du tourisme. C'est une industrie de consommation immédiate, pas une industrie de stock. »

En vue de l'après-crise, elle ajoute que « le tourisme de demain sera un tourisme de proximité, un tourisme raisonné, un tourisme dans lequel l'Occitanie est déjà engagée. Dans un moment où les Français sont sensibles à la proximité et à la solidarité et voudront renouer avec la convivialité, notre région, qui incarne ces valeurs, a une belle carte à jouer ! ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/04/2020 à 3:08 :
Mettre tous ses oeufs dans le meme panier.
Ainsi le tourisme qui s'effondre l'on s'etonne des resultats. Aucune anticipation, on vit sur ses lauriers et au moindre courant d'air, paf.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :