Un nouvel incubateur à Montpellier en 2020

 |   |  386  mots
L'UM I-Lab by MoMa sera aménagé dans les locaux de la bibliothèque Richter
L'UM I-Lab by MoMa sera aménagé dans les locaux de la bibliothèque Richter (Crédits : BU Richter)
L'Université de Montpellier et l'Institut Montpellier Management (MoMa) développent un incubateur universitaire qui sera aménagé dans le bâtiment de la bibliothèque Richter. Baptisé UM I-Lab by MoMa, il devrait accueillir une dizaine de start-ups au printemps prochain.

L'Université de Montpellier (UM) et l'Institut Montpellier Management (MoMa) développent un incubateur universitaire ouverts aux étudiants, en collaboration avec la bibliothèque universitaire Richter où la structure sera aménagée, et le dispositif PEPITE (Pôle Etudiants Pour l'Innovation, le Transfert et l'Entrepreneuriat). Baptisé "UM I-Lab by MoMa", c'est un des dossiers lauréats de "Take off", l'appel à projets de MUSE (Montpellier University of Excellence) pour la transformation des formations pédagogiques.

"C'est un incubateur à vocation 100 % étudiants, à la fois en cours d'études ou jeunes diplômés. Il se situe très en amont du processus de création d'entreprise, au stade de l'idéation et de la compréhension des paramètres pour développer le projet, ou le reprendre. Une fois éclos, ce projet pourra ensuite poursuivre la phase d'accompagnement au sein du BIC de Montpellier ou d'un autre incubateur du réseau Ad'Occ", décrit Sylvie Sammut, professeur des universités en Entrepreneuriat et Management Stratégique à MoMa.

Une structure à objectif triple

UM I-Lab by MoMa devrait accueillir, dès le printemps 2020, une première cohorte d'une dizaine de start-ups ; en vitesse de croisière, chaque promotion devrait compter jusqu'à 20 start-ups par an. Sylvie Sammut et Caroline Raja-Roque, maître de conférence en Droit à MoMa, en seront les codirectrices.

"En plus d'être un lieu d'incubation, la structure aura une mission d'enseignement et de recherche. Ce sera aussi un laboratoire d'études et d'innovation pédagogique où des étudiants en fin de cycle, dans des matières comme l'accompagnement stratégique, le droit ou la comptabilité, pourront venir y apporter leur expertise en terme d'accompagnement. Cela leur vaudra une valorisation en vue de leur diplôme", poursuit Sylvie Sammut.

La phase d'incubation proposée à chaque projet s'étendra sur trois ans, "en théorie : il faudra que le projet se développe, car s'il manque d'activité, nous demanderons au porteur de l'arrêter sous cette forme et de le reprendre", nuance Sylvie Sammut.

L'incubateur disposera d'un budget annuel de 100 000 à 110 000 €, cofinancés par MoMa et par MUSE. Ce dernier dispositif, qui vise à faire éclore une université de recherche de niveau mondial, vient d'être reconduit pour deux ans par le jury international du Programme Idex/I-Site. "L'incubateur s'inscrit dans le projet d'université-cible que prépare MUSE", conclut Sylvie Sammut.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :