MedinCell reçoit 6,4 M $ de Unitaid pour lutter contre le paludisme

 |   |  645  mots
(Crédits : MedinCell)
La biotech héraultaise MedinCell annonce que l’organisation internationale Unitaid, qui investit pour la recherche de traitements du VIH, turberculose ou paludisme en particulier à destination des pays en voie de développement, vient de lui accorder une subvention de 6,4 M$ pour financer la mise au point d’un traitement à injection unique dont l’action prolongée pourrait contribuer à éradiquer le paludisme.

Basée à Jacou, à côté de Montpellier, et employant 130 collaborateurs, MedinCell est une société pharmaceutique technologique qui développe un portefeuille de produits injectables à action prolongée en associant à des principes actifs déjà commercialisés sa technologie propriétaire BEPO®. Cette dernière permet de contrôler et de garantir la délivrance régulière à dose thérapeutique optimale d'un médicament pendant plusieurs jours, semaines ou mois à partir de l'injection sous-cutanée ou locale d'un simple dépôt de quelques millimètres.

Le 26 mars, la biotech annonce avoir signé un accord de subvention à hauteur de 6,4 M$ sur trois ans avec Unitaid, organisation internationale investissant pour trouver des moyens de prévenir, diagnostiquer et traiter le VIH, la tuberculose, le paludisme et l'hépatite C, en particulier à destination des pays en voie de développement.

Cette subvention a pour objectif de financer la formulation et les activités précliniques d'un injectable actif 3 mois d'ivermectine, médicament utilisé dans le traitement de nombreux types d'infections parasitaires, pour neutraliser le vecteur de transmission du paludisme*.

Impact épidémiologique significatif

« Notre objectif est de neutraliser les moustiques anophèles, qui portent et transmettent le parasite du paludisme, après qu'ils aient piqué des populations traitées, explique Christophe Roberge, directeur de la technologie chez MedinCell. Nous pourrons ainsi rompre la chaîne de transmission. Une unique injection d'ivermectine active pendant 3 mois permettra de lever certaines des barrières logistiques à l'adoption de traitements de masse, puisqu'elle ne nécessitera pas de renouveler régulièrement les campagnes de traitement typiquement liées aux formes orales dont la durée d'efficacité́ est trop courte. »

De premiers tests in vivo ont été menés au Burkina Faso par l'IRD, l'IRSS, le CIRDES et MedinCell. Selon les données issues de ces tests et présentées lors du dernier congrès annuel de l'American Society of Tropical Medicine and Hygiene (ASTMH) en novembre 2019 à Washington, la formulation d'ivermectine, administrée au début de la saison de transmission et active 3 mois, pourrait avoir un impact épidémiologique significatif.

Éradiquer le paludisme par de nouvelles stratégies

« Le paludisme ne pourra être éradiqué qu'avec de nouveaux outils et de nouvelles stratégies, le dernier rapport de l'OMS sur le paludisme dans le monde le montrait très clairement, ajoute le Dr Philippe Duneton, directeur exécutif d'Unitaid. Unitaid investit dans des innovations qui présentent le plus fort potentiel pour réduire le poids de la maladie dans le monde. Nous considérons les traitements à action prolongée comme des technologies émergentes pouvant offrir de nouveaux instruments pour renforcer et élargir la boîte à outils dont nous disposons déjà. »

Selon MedinCell, « après l'Université de Liverpool et l'Université de Washington, MedinCell est la première entreprise privée à recevoir une subvention de Unitaid pour le développement et la commercialisation de médicaments à action prolongée ».

Conformément à l'engagement des deux partenaires d'assurer un accès équitable aux produits de santé dans les pays à revenu faible et intermédiaire, et afin d'avoir un impact significatif sur les populations les plus vulnérables, MedinCell accordera une licence non exclusive à Medicines Patent Pool, le bras opérationnel de Unitaid en charge des accords de licence pour l'exploitation des brevets de médicaments, pour distribuer le produit via le secteur public dans ces pays.

En novembre 2019, c'est une subvention de 19 M$ sur quatre ans qui avait été accordée à MedinCell par la Fondation Bill & Melinda Gates afin de progresser dans le développement d'un contraceptif injectable innovant.

* Le paludisme reste pandémique dans 91 pays représentant 50 % de la population mondiale. Selon les estimations de l'OMS, 228 millions de personnes ont été infectées dans le monde en 2018, dont 93 % en Afrique, entraînant 405 000 décès.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :