MedinCell agrandit ses laboratoires et recrute 20 personnes

 |   |  381  mots
Medincell développe des produits injectables à action prolongée dans différentes aires thérapeutiques
Medincell développe des produits injectables à action prolongée dans différentes aires thérapeutiques (Crédits : MedinCell)
En plein développement, la société pharmaceutique annoncera des résultats d’efficacité de phase 3 en fin d’année.

Le laboratoire pharmaceutique héraultais Medincell, qui développe des produits injectables à action prolongée dans différentes aires thérapeutiques associant à sa technologie BEPO® des principes actifs présents dans des médicaments déjà commercialisés, prévoit d'agrandir son laboratoire installé à Jacou en périphérie nord-est de Montpellier.

Les 1500 m2 actuellement occupés par l'entreprise seront entièrement transformés en laboratoires d'ici 18 mois, tandis que les bureaux actuels de Medincell seront transférés dans un nouveau bâtiment voisin d'une surface de 1800 m2.

"Nous avons de plus en plus de produits en développement. Cet agrandissement répond à une exigence en termes de standard de qualité et de confort pour nos équipes", explique David Heuzé, le directeur de la communication de Medincell.

Un programme R&D en phase 3

Fin 2019, Medincell annoncera les résultats d'efficacité de phase 3 menées aux Etats-Unis au sujet de son produit le plus avancé, dont le principe actif est la Risperidone (indiquée dans le traitement de la schizophrénie), menées avec son partenaire l'Israélien Teva, une société actionnaire de Medincell à hauteur de 4 %.

Par ailleurs, un autre produit, actuellement en phase 2 Outre-Atlantique, développé avec AIC, doit entrer en phase 2b ou en phase 3 dans le courant de l'année. Son principe actif, le celecoxib, injecté en intra-articulaire, est notamment indiqué dans les inflammations et douleurs chroniques post-opératoires.

Autre sujet en développement, qui est le premier programme interne réalisé à 100 % par la société, un anesthésiant également utilisé comme analgésique (la Ropivacaïne) visant à délivrer dans le même temps, avec une seule injection, une anesthésie et trois jours de gestion de la douleur post-opératoire. Actuellement au stade préclinique, les études concernant ce produit pourraient rentrer en phase 1 dès 2020.

Employant aujourd'hui 130 personnes, le laboratoire prévoit de réaliser environ 20 embauches supplémentaires d'ici la fin de l'année. Medincell, outre le fait d'être cotée en bourse, présente la particularité d'avoir l'ensemble de ses salariés pour actionnaires. C'est pour ce motif, notamment, qu'elle a reçu la semaine dernière le trophée #LetsgoFrance 2019 dans la catégorie « France, un modèle d'économie durable », un prix organisé en partenariat avec La Tribune.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :