NewTec Scientific scrute les matériaux du futur

 |   |  494  mots
La TPE conçoit des outils pour étudier le comportement des matériaux quand ils sont stressés mécaniquement et thermiquement.
La TPE conçoit des outils pour étudier le comportement des matériaux quand ils sont stressés mécaniquement et thermiquement. (Crédits : NewTec Scientific)
Cette TPE nîmoise, qui fabrique des instruments scientifiques dédiés à la microscopie, collabore avec des industriels comme Rolls Royce ou de grands centres de recherche mondiaux. Ses produits ont donné lieu à trois publications en deux ans, dont deux en 2019.

NewTec Scientific développe des outils pour l'analyse autour de la microscopie optique et de l'électronique à balayage : ces appareils, qui s'intègrent aux microscopes scientifiques, sont conçus pour étudier le comportement des matériaux quand ils sont stressés mécaniquement et thermiquement. Après plusieurs années de R&D, la TPE nîmoise a finalisé une gamme de sept produits, dont un système de contrôle de soudure pour l'industrie automobile et les laboratoires, ou encore une cathodyne (dispositif de cathodoluminescence) pour la géologie et l'industrie pétrolière.

"Il existe cinq grands fabricants de microscopes dans le monde, qui contrôlent 95 % du marché. Derrière viennent les sous-traitants qui fabriquent l'instrumentation autour de la microscopie, et nous sommes les seuls français", précise le fondateur de NewTec, Antoine Candeias.

Un marché symbolique auprès de Rolls Royce

En 2018, NewTec a remporté un appel d'offres auprès de Rolls Royce pour lui fournir jusqu'à quatre machines en cinq ans dans le cadre du pôle de recherche mis en place par l'industriel anglais avec l'Université de Manchester.

"Ils voulaient une plate-forme d'essais pour caractériser les matériaux du futur dans l'aéronautique et l'industrie nucléaire. Ils se sont adressés aux fabricants de microscopes et en nous alliant avec le croate Tescan, nous avons remporté le marché alors que nous étions clairement des outsiders", raconte Antoine Candeias.

Ce marché significatif en a ouvert d'autres : NewTec indique qu'elle a reçu deux commandes de ce type dans la foulée, et en attend deux autres. La TPE nîmoise aurait déjà délivré une soixantaine de devis sur la seule année 2019, et prévoit de recevoir deux fois plus de demandes l'an prochain.

Une percée scientifique de niveau mondial

NewTec vient en outre de signer une nouvelle percée scientifique en mai dernier, en partenariat avec l'Université de Montpellier et l'Institut de chimie séparative de Marcoule (30) : elle a conçu et livré un micro-four fonctionnant à mille degrés pour observer le comportement des métaux.

"En théorie aucun métal ne peut "tenir" en étant porté à cette température. Notre seul concurrent sur ce type de machines est le fabricant américain FEI, qui pèse plusieurs milliards de dollars", rajoute Antoine Candeias.

Ce partenariat - "une première mondiale" selon Antoine Candeias - a débouché sur une publication...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :