L'Agglo d'Alès développe Mobility Lab, labo de l'automobile du futur

 |   |  444  mots
IMT Mines Alès a soutenu, en 2016, un projet de ses étudiants pour un prototype électrique conçu autour d'un modèle PGO
IMT Mines Alès a soutenu, en 2016, un projet de ses étudiants pour un prototype électrique conçu autour d'un modèle PGO (Crédits : IMT Mines Alès)
Alès Agglomération veut créer un laboratoire dédié aux nouvelles formes de mobilité innovantes (voitures électriques, autonomes, etc.) : ce dossier vient d'être labellisé par la Région dans le cadre de l'initiative Territoires d'industrie. Appelé à regrouper les projets des industriels locaux, il pourrait être financé dès la rentrée 2019.

Le Mobility Lab est l'un des 11 dossiers portés par Alès Agglomération dans le cadre du plan Territoires d'industrie : il vient d'être labellisé, en juin, par la Région Occitanie, chargée de déployer ce plan localement.

Initié par l'État fin 2018, le programme Territoires d'industrie est doté d'un milliard d'euros pour accompagner les bassins à forte dimension industrielle. Le bassin alésien, avec celui de Figeac, a été l'un des 10 territoires retenus en Occitanie dans ce cadre.

Mobility Lab vise à rapprocher l'ensemble des projets innovants autour de la mobilité et de l'automobile portés par les groupes et PME-PMI du bassin alésien. Parmi les entreprises contactées pour se joindre à la démarche figurent Caterham Compétition (organisatrice du Challenge Caterham, qui porte un projet autour de futurs modèles électriques de la marque), Rev Inside (fabricant de pédalos électriques haut de gamme, qui planche sur d'autres modèles dédiés aux loisirs), IMT Mines Alès (qui accompagne les Vignerons indépendants du Gard sur un projet de "tracteur vert" et supervise un projet étudiant autour d'un prototype électrique sur base PGO), la start-up Evo Pods (qui a créé une solution innovante adaptable pour vélos), etc.

"Il s'agit de projets émergents, à des stades de développement plus ou moins avancés. Nous souhaitons les regrouper dans Mobility Lab pour leur donner une nouvelle cohérence et surtout pour les amener plus vite vers le stade de l'industrialisation. Le Pôle mécanique d'Alès un outil de validation idéal pour cela. De même, nous pouvons insérer ces projets dans des services à la population portés par l'Agglo, comme le nouveau service de covoiturage entre villages, toujours à des fins d'expérimentation", explique Jalil Benabdillah, vice-président d'Alès Agglomération chargé du développement économique.

Par ailleurs, le Mobility Lab est aussi pensé comme une plate-forme de collaboration possible avec Automotech Cluster, l'association régionale de l'industrie automobile (190 entreprises) basée à Toulouse, avec qui les pourparlers sont toujours en cours. "Nous souhaitons aussi intégrer des entreprises expertes des systèmes embarqués, comme celles adhérentes au cluster, car l'automobile autonome sera un des axes de Mobility Lab", rajoute Jalil Benabdillah.

La concrétisation de Mobility Lab dépend de la suite du calendrier suivi par l'État pour Territoires d'industrie : la contractualisation avec Alès Agglomération initialement prévue en mars, a été repoussée et pourrait intervenir en septembre prochain. Du document final dépendront les financements pouvant être fléchés vers ce dossier, parmi plusieurs montages possibles (crédits de la Région, Programmes d'Investissements d'Avenir, etc.).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :