Après la fermeture de la centrale d’Aramon, EDF veut développer les cleantechs

La centrale au fioul d'Aramon a définitivement fermé ses portes le 1er avril. Elle est dans l’attente de son démantèlement. La direction régionale d'EDF a annoncé, le 8 avril, un projet (50 M€) de redynamisation du site, tourné vers la production de combustibles solides de récupération.
(Crédits : EDF)

La centrale de production thermique EDF d'Aramon (30) n'est plus. Depuis le 1er avril, cette centrale d'appoint de production électrique, reconnaissable à sa cheminée haute 250 mètres, est à l'arrêt. Une centaine de salariés, dont 96 au statut EDF, travaillaient sur le site et seront tous reclassés dans d'autres usines du groupe.

Un nouveau projet à 50 M€

À compter du 1er septembre, le centre de post-exploitation d'EDF prendra en main les destinées du site. Conformément à une demande de la ministre de l'Environnement Ségolène Royal, EDF s'est engagé à tenter de « rétablir sur ce site le potentiel d'emploi qui en disparaissent », a résumé le préfet du Gard Didier Lauga à l'issue d'une table-ronde organisée avec EDF et des élus locaux, le 8 avril.

« Nous travaillons autour d'un projet sur la transition énergétique avec la production de combustibles solides de récupération, appelés CSR, qui seraient destinés par exemple à des cimenteries ou des réseaux de chaleur urbain », explique Jean-Guy Majourel, délégué EDF Languedoc-Roussillon, qui évoque un investissement de l'ordre de 50 M€ et la création d'une vingtaine d'emplois.

Les rentrées fiscales impactées

En outre, un projet de centrale photovoltaïque est envisagé sur ce même site (investissement : 10 M€, puissance : 4 MWc). D'ici là, sur une période d'environ dix ans, le site sera démantelé.

« Il faut compter une enveloppe de travaux de de l'ordre de 60 M€ », explique Laurent Munier, directeur du Centre national de post-exploitation d'EDF.

De leur côté, les élus locaux accusent le coup. La centrale EDF d'Aramon générait jusqu'ici près de 4 M€ de rentrées fiscales sur un total de l'ordre de 10 M€. Pour pallier ce manque, la Communauté de communes du Pont-du Gard prévoit, dans le budget à passer au vote Lundi 8 avril, une augmentation de sa fiscalité (hors taxe d'habitation) et la réduction de la voilure sur certains services car même la création de nouvelles activités ne devrait pas compenser le manque à gagner.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.