Derrière la locomotive Genvia, l’ouest héraultais veut devenir une "vallée verte" de l'industrie

Avec l’installation à Béziers de Genvia et sa technologie de production d'hydrogène décarboné, l’ouest héraultais se rêve fer de lance de la filière hydrogène française. Quels sont aujourd’hui les enjeux du développement de cette filière des industries vertes pour les entreprises locales et les grands comptes ? Comment les acteurs du territoire se fédèrent-ils pour assurer la réussite de ce bassin économique industriel en pleine redéfinition ? Décryptage des ambitions et des moyens.

4 mn

De gauche à droite : Luc Mas (DG de Cameron France), Catherine NEC (directrice RH Cameron France), Mathieu Dossat (président ITS Fusion), Didier Katzenmayer (directeur des affaires industrielles d'airbus Opérations), sur le salon Intersud à Béziers, le 24 novembre 2021.
De gauche à droite : Luc Mas (DG de Cameron France), Catherine NEC (directrice RH Cameron France), Mathieu Dossat (président ITS Fusion), Didier Katzenmayer (directeur des affaires industrielles d'airbus Opérations), sur le salon Intersud à Béziers, le 24 novembre 2021. (Crédits : Pauline Compan)

Depuis le déplacement du président Emmanuel Macron, le 17 novembre dernier, à Béziers chez Genvia - bras armé du déploiement industriel d'une technologie de rupture de production d'hydrogène décarboné, créée sur le site de l'entreprise Cameron-Schlumberger -, l'ouest héraultais et surtout Béziers sont devenus fer de lance de la filière hydrogène française.

Alors la tenue de la 3e édition du salon régional Intersud, rencontres d'affaires de l'industrie en Occitanie, organisée par la CCI Hérault le 24 novembre, s'affiche comme la continuité d'une nouvelle dynamique. Le rendez-vous met en effet un coup de projecteur sur un territoire industriel historique, en pleine restructuration.

Changer la façon de consommer de l'énergie

Thématique vedette du salon, la filière des industries vertes, une question désormais centrale pour le bassin économique de l'ouest Hérault.

« Notre objectif est de vendre nos électrolyseurs dans le monde entier, pour différentes utilisations dans les mobilités et les industries lourdes, détaille en préambule la directrice de l'exploitation de Genvia, Capella Festa. Les possibilités sont grandes et le challenge énorme : il s'agit de développer une industrie qui change notre façon de consommer de l'énergie. Nous commençons juste cette aventure dans notre usine de Béziers, et je pense qu'il nous faudra trois à quatre années pour maîtriser la technologie. »

Un challenge industriel que Genvia entend relever en s'appuyant sur les compétences de ses partenaires (Cameron-Schlumberger, le CEA Grenoble, Vinci Construction, Vicat et l'Agence Régionale Énergie Climat Occitanie), mais aussi sur l'écosystème de son territoire.

Un terreau fertile

« Le site d'EDF Renouvelables est historiquement implanté à Colombiers, près de Béziers, rappelle Virginie Monnier-Mangue, représentante territoriale d'EDF. Il s'agit du site qui pilote tous les parcs photovoltaïques d'EDF en Europe. Les énergies renouvelables et l'hydrogène, sont désormais des métiers importants dans le groupe, et de fortes coopérations sont en perspective avec Genvia. »

Les opportunités devraient donc s'accélérer pour cette filière "New business", comme en est persuadé Didier Katzenmayer, directeur aux affaires industrielles d'Airbus Opérations SAS et président du Club stratégie Achats de Haute-Garonne : « La dynamique du décarboné nous amène aussi à penser à de nouveaux modes de propulsion pour les avions, par exemple. C'est un terreau fertile pour le territoire, et les acteurs doivent se projeter pour repérer les opportunités et rester un écosystème agile et compétitif ».

Des enjeux pour la supply-chain locale

Un écosystème déjà structuré par différents acteurs privés, à l'image de ITS Fusion, regroupement d'entreprises de sous-traitance industrielle, qui compte 350 salariés pour douze entreprises.

« Nous nous sommes regroupés pour adresser plus de marché, explique le président d'ITS Fusion, Mathieu Dossat. Après le marché de l'aéronautique, nous serions heureux de faire partie de la supply-chain de Genvia et de grandir avec eux. »

Autre acteur, la pépinière Innovosud, qui veut jouer un rôle de catalyseur pour donner de la visibilité aux innovations de la filière. Luc Mas, directeur général de Cameron France et président d'Innovosud, renchérit : « Le challenge de Genvia est colossal. Il est question de devenir une véritable "Vallée verte". Chez Innovosud, nous cherchons 150.000 euros supplémentaires pour embaucher deux personnes et multiplier les appels à projets. Mais, il y a aussi la question des compétences et du positionnement de la supply-chain locale ».

Adapter les compétences

« Avec la création du Club Stratégie RH Industries en juin 2021, nous voulons faire face à ces nouveaux enjeux dans les industries vertes, ajoute Catherine Bec, directrice RH chez Cameron France et présidente du Club Stratégie RH Industrie. Nous travaillons nos partenariats et nos liens avec le monde de l'éducation pour réussir à adapter les compétences locales aux défis de demain. »

La promotion de l'ouest héraultais passe donc désormais par sa filière industrielle d'excellence, un nouvel axe de travail pour l'agglomération Béziers Méditerranée, qui doit aussi se saisir de la question du foncier : 200 hectares seront en effet nécessaires au développement de Genvia à l'horizon 2024.

« Nous avons le terrain, c'est un des atouts des villes moyennes comme Béziers », veut rassurer Robert Ménard, le président de l'agglomération Béziers Méditerranée.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.