Pierre Deniset, Kaliop : « Les entreprises vont devoir accélérer leur digitalisation »

Le groupe montpelliérain Kaliop, spécialiste de la transformation numérique et de l'innovation, annonce une progression de 16 % de son chiffre d’affaires 2019 (15,6 M€) par rapport à 2018. Son dirigeant Pierre Deniset se dit optimiste : malgré une croissance ralentie par la crise liée au Covid-19, le secteur digital devrait tirer son épingle du jeu.
Cécile Chaigneau
Pierre Deniset, président de Kaliop.
Pierre Deniset, président de Kaliop.

La crise sanitaire liée au Covid-19 aura-t-elle quelques effets positifs ? Ça pourrait être le cas pour le secteur du numérique, nombre d'entreprises ayant alors pris conscience de l'insuffisance de leur digitalisation et de la nécessité d'y remédier.

Même s'il reste prudent, Pierre Deniset, le président de Kaliop, spécialiste de la transformation numérique et de l'innovation à Montpellier, se dit néanmoins optimiste : « La crise se fera se ressentir mais probablement moins que pour d'autres filières, et peut-être même que le secteur pourra en tirer parti, notamment parce que les entreprises vont devoir accélérer leur digitalisation. La crise va nous amener à revoir les modèles de croissance et surtout les modèles de consommation. Dans le digital, on commence à voir une approche plus raisonnée de la consommation, par exemple de la consommation énergétique des data-centers ou du tout-connecté. Des courants commencent à apparaître, qui montrent comment inventer le web de demain, moins gourmand et dépensier en énergie. Concernant Kaliop, il y a aussi un autre aspect de notre activité (opérée par sa filiale Kuzzle, NDLR) qui devrait être positivement impacté, c'est celui de la captation de la donnée. Les grandes entreprises et les collectivités vont s'équiper pour mieux piloter les impacts environnementaux et il est probable que la contrainte RSE et environnementale soit plus forte dans les entreprises... Je suis plutôt optimiste sur l'avenir du secteur du digital. Il y aura probablement une baisse de croissance mais ça devrait quand même bien résister ».

Dynamique de croissance

Il faut dire que les résultats que Kaliop vient de publier sont plutôt encourageants : le groupe, qui compte 6 agences rassemblant 200 salariés dans 4 pays (France, Pologne, Royaume-Uni, Canada), annonce avoir réalisé en 2019 un chiffre d'affaires de 15,6 M€ (dont 20 % à l'export), soit une progression de 16 % par rapport à 2018.

Selon le groupe, « cette dynamique de croissance profite à l'ensemble des segments avec une accélération particulièrement soutenue dans le web, le mobile, le commerce digital et l'Internet des objets ».

Parmi les projets phares de l'année, le groupe cite les plateformes digitales d'organisations publiques de l'INRAE, de France Connect ou de Santé Publique France, ainsi que de grands comptes comme Essilor, ComExposium ou encore Domitys (résidences seniors) ; le développement de l'application officielle de la Coupe Davis by Rakuten Finals ; les boutiques e-commerce de Bouchara, Mondial Tissus ou Proxiserve.

Le groupe annonce également un tournant amorcé en 2019 dans sa stratégie e-commerce, « avec l'ouverture à de nouvelles technologies comme Shopify et le renforcement des équipes de direction, dont l'arrivée de son nouveau directeur technique, Sullivan Gaglione ».

Belle progression sur l'IoT

« C'est sur l'IoT que notre filiale Kuzzle (créée en 2016 et qui développe un back-end open source gérant objets connectés et applications mobiles, NDLR) a bien tiré son épingle du jeu, souligne Pierre Deniset. Elle est à l'équilibre cette année pour la 1e fois. Son chiffre d'affaires se réalise sur le marché de la smart-city, avec le tracking d'objets en mouvement - des containers avec Geodis, du matériel de chantier, pour la sécurité des personnes sur les chantiers et les sites industriels - mais aussi avec le déploiement d'IoT sur les territoires connectés qui prend de l'ampleur. Nous avons notamment deux chantiers importants en Bretagne sur des programmes d'équipement en capteurs pour contrôler la qualité de l'eau, de l'air, les déchets, etc. »

Kuzzle inscrit ainsi à son actif le déploiement de la plateforme Kuzzle IoT pour la première gare intelligente de SNCF Gares & Connexions (Smart Station) ou pour les premiers chantiers connectés de Bouygues Construction (Smart Industry) à Paris et Singapour.

Prudence sur les recrutements

Si le groupe annonce « maintenir sa campagne de recrutement 2020 », Pierre Deniset nuance le propos du fait du contexte de crise sanitaire.

« Je préfère être prudent. Nous avons des postes clés à maintenir malgré l'activité partielle, et les recrutements ne sont pas si simples sur certains postes. Alors même si le Covid nous laisse un peu en panne de business, il faut être vigilant et nous devons nous assurer d'avoir des équipes prêtes à démarrer, en tout cas au 3e trimestre. Nous avions une vingtaine de postes à pourvoir pour 2020 et en mars-avril, nous avions déjà effectué une dizaine de recrutements. D'autres recrutements seront maintenus, comme la chefferie de projet. Mais nous allons probablement lever le pied sur les postes de développeurs informatiques en attendant d'avoir une meilleure visibilité. Notre plan d'affaires prévoyait d'atteindre un chiffre d'affaires de 20 M€ mais il sera revu à la baisse. Il est donc difficile aujourd'hui de chiffrer le nombre de recrutements que nous ferons d'ici la fin de l'année. »

Cécile Chaigneau

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.