Nîmes Métropole : Transdev reprend la DSP des transports

 |   |  318  mots
(Crédits : Thomas Tedesco)
La collectivité nîmoise avait écourté la délégation de service public jusqu’ici assurée par Keolis, une filiale de la SNCF, suite à un désaccord sur les prix. Elle vient de retenir Transdev pour lui succéder.

Transdev sera, à partir du 1er janvier 2019 et pour 5 ans et demi, le nouveau délégataire de service public de l'agglomération Nîmes Métropole (39 communes, 260 000 habitants). Cette filiale du groupe Véolia prendra la place de Kéolis (groupe SNCF) dont le contrat a été écourté cette année en raison d'un désaccord sur les tarifs pratiqués par l'entreprise.

Un rapport de la Chambre régionale des comptes avait notamment relevé que les habitants de l'agglomération payaient cher leur transport en commun avec un « financement public de 170 € par habitant contre 100 € en moyenne dans des agglomérations comparables ».

À l'issue d'un appel d'offres publié au début de l'année, Nîmes Métropole a fait le choix de l'offre économiquement la plus avantageuse parmi quatre candidats : Transdev, Kéolis, le groupe RATP, et l'Espagnol Moventis.

Objectif : 18,7 millions de voyageurs

« Grâce à ce nouveau contrat (soumis le 20 septembre en conseil communautaire, NDLR), la collectivité réalise une économie, la part est variable, de 10,8 M€ à 15 M€ par an, a expliqué le président de Nîmes Métropole, Yvan Lachaud (les Centristes), lors d'une conférence de presse. C'est d'autant plus remarquable que le service sera amélioré. La future ligne T2 de transports en site propre qui traversera la ville d'est en ouest, est comprise dans ce contrat, tout comme l'allongement de la T1. »

À titre d'exemple, sur les économies réalisées, la subvention au budget général versée par la collectivité s'élèvera à 4,5 M€ l'an prochain, contre 15 M€ en 2015.

Entre autres objectifs, le nouveau délégataire devra notamment porter le nombre de voyageurs de 15 millions en 2017 à 18,7 millions en 2023. Le tarif voyageur, lui, est inchangé, à 1,30 € l'unité.

Côté travaux, début janvier commenceront les premiers aménagements de la ligne T2. Un premier tronçon entre le CHU et la gare de Nîmes promet d'ouvrir dans les treize mois suivants.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :