La startup Aviitam et le CHU de Montpellier innovent contre le risque de dénutrition

Sensibiliser au risque de dénutrition et faciliter son diagnostic. C’est l’ambition du partenariat public-privé entre le CHU de Montpellier et la startup Aviitam, à l’origine du développement du nouveau logiciel DENUM. Dangereuse du point de vue santé, la dénutrition a aussi un coût économique. L’expérimentation de DENUM commence ce 18 novembre. Il pourrait, à terme, intéresser tout établissement de santé ou Ehpad, susceptible d’être confronté à la dénutrition de patients.
Cécile Chaigneau

4 mn

Le CHU de Montpellier et la startup Aviitam ont mis au point le logiciel DENUM pour diagnostiquer le risque de dénutrition.
Le CHU de Montpellier et la startup Aviitam ont mis au point le logiciel DENUM pour diagnostiquer le risque de dénutrition. (Crédits : DR)

Le CHU de Montpellier rappelle que « la dénutrition touche environ 2 millions de personnes en France, avec des conséquences graves, que ce soit sur le plan médical (complications, mortalité, etc.) ou médico-économique ».

« Une personne sur deux est dénutrie à l'hôpital mais on n'en diagnostique que 5 à 7% car il n'y a pas suffisamment de personnel pour faire un état des lieux », précise le Dr Vincent Attalin, médecin nutritionniste coordinateur de l'Unité Transversale de Nutrition au CHU de Montpellier.

Le Dr Attalin est aussi le cofondateur (en 2014 avec le Pr Antoine Avignon) de la startup montpelliéraine Aviitam, qui a mis au point un carnet de santé de suivi et de prévention des maladies chroniques permettant de centraliser et partager les données médicales d'un patient avec ses médecins : « Notre solution s'adresse à l'ensemble des personnels de santé et propose des chemins, des étapes pour améliorer la santé, par exemple une feuille de route sur le sommeil, sur l'obésité, sur le diabète. C'est comme un GPS pour accompagner le patient ». Son modèle économique : des programmes de santé, de suivi et d'optimisation des soins achetés par des établissements de santé, des professionnels de santé ou des mutuelles ou des assurances qui seront prescripteurs auprès des patients. La startup emploie six salariés et aura réalisé un chiffre d'affaires de 300.000 euros en 2021, selon le Dr Attalin.

Du QR Code au diagnostic

Pour répondre au risque de dénutrition, qui peut toucher les patients atteints d'une maladie chronique ou d'un cancer ainsi que les personnes âgées, Vincent Attalin a eu l'idée de mettre au point une solution numérique d'aide au diagnostic de dénutrition. Et c'est dans le cadre d'un partenariat public-privé entre Aviitam et le CHU de Montpellier qu'a été conçu le logiciel DENUM, officiellement lancé ce 18 novembre au CHU de Montpellier à l'occasion de la semaine de la dénutrition.

Car le Dr Attalin l'assure : il est simple de diagnostiquer une dénutrition, la perte de poids étant un très bon indicateur. L'Unité Transversale de Nutrition (UTN) du CHU de Montpellier avait lancé, en 2018, la journée "Mon poids, un indicateur de taille" afin de sensibiliser les patients et les soignants à l'importance de se peser, avec une question initiale : "Comment faire à l'hôpital pour sensibiliser les gens à la nécessité de se peser ?".

Avec DENUM, le Dr Attalin pousse l'opération un cran plus loin, en initiant une nouvelle façon de diagnostiquer le risque de dénutrition via un nouveau parcours proposé aux patients du CHU : interpellés par des affiches et flyers, ils sont invités à photographier un QR Code qui les emmène vers un questionnaire sécurisé d'évaluation du risque nutritionnel.

« Le patient renseigne son âge, son poids aujourd'hui et il y a six mois, sa taille, son appétit, et des algorithmes établissent le risque de dénutrition via un tableau de bord et un système de feux vert, orange ou rouge. Un résultat problématique déclenche l'intervention d'un diététicien-nutritionniste de l'hôpital pour une prise en soins de la personne. »

Futur dispositif médical ?

DENUM aura nécessité « plusieurs mois de développement et un investissement de presque 100.000 euros par le CHU et Aviitam ». L'expérimentation commence d'aujourd'hui au CHU de Montpellier, où les patients sont invités à utiliser DENUM dès leur arrivée au CHU.

« C'est un outil innovant et nous sommes les premiers à le tester en France, indique le Dr Attalin. Nous allons mener une étude pour en évaluer l'efficacité - et nous avons d'ailleurs entamé les démarches pour que DENUM soit reconnu comme un dispositif médical - mais aussi son impact financier sur les séjours hospitaliers. Les hôpitaux ont intérêt à diagnostiquer la dénutrition car, selon une étude que nous avons menée, elle entraîne une majoration du forfait hospitalier d'environ 500 euros par personne et par an. En effet, une personne dénutrie a plus de complications, une durée de séjour plus longue, la dénutrition entraîne une augmentation du coût de séjour et du nombre de personnes pour la prise en charge. »

A terme, l'outil numérique pourrait ainsi intéresser les hôpitaux, les cliniques ou les Ehpad.

Cécile Chaigneau

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.