Exclusif : Michaël Delafosse donné gagnant aux municipales de Montpellier

 |   |  1383  mots
Trois candidats s'affrontent au 2e tour des élections municipales de Montpellier : Michaël Delafosse, Mohed Altrad et Philippe Saurel.
Trois candidats s'affrontent au 2e tour des élections municipales de Montpellier : Michaël Delafosse, Mohed Altrad et Philippe Saurel. (Crédits : DR)
Selon un sondage exclusif IFOP-La Tribune, le candidat Michaël Delafosse (PS-PCF-EELV) l’emporterait le 28 juin prochain, face au maire sortant Philippe Saurel (DVG) et au chef d’entreprise Mohed Altrad (SE). La 7e ville de France pourrait ainsi repasser dans les mains du Parti socialiste canal historique. Décryptage.

Ces élections municipales à Montpellier n'en finissent plus de surprendre... Émiettement de l'offre électorale au premier tour avec 14 candidats, un maire sortant (Philippe Saurel) absent de la campagne du premier tour car « pas suffisamment en forme » après une opération du genou, la liste EELV donnée gagnante en septembre 2019 puis divisée par des querelles internes jusqu'à former trois listes sur la ligne de départ. Et dans la course, le chef d'entreprise milliardaire (et président du club de rugby montpelliérain) Mohed Altrad et le trublion youtubeur Rémi Gaillard.

Autre composante non négligeable de l'équation, un taux d'abstention record de 65,4 % en pleine crise sanitaire de Covid-19, qui donne une légitimité toute relative aux trois candidats en lice au second tour : Philippe Saurel (DVG), Michaël Delafosse (PS-PCF), et le capitaine d'industrie Mohed Altrad (SE), ayant respectivement emporté leur « qualification » avec 19,1 %, 16,6 % et 13,3 % des voix au premier tour.

Entre temps, le jeu des alliances s'est exercé. Si Philippe Saurel, fidèle à sa posture hors parti, continue en solo avec sa liste "Montpellier la citoyenne", le socialiste s'est naturellement allié à la candidate EELV Coralie Mantion, et Mohed Altrad, plus curieusement, avec le trio Clothilde Ollier (dissidente EELV), Alenka Doulain (collectif #NousSommes, soutenu par LFI) et Rémi Gaillard.

« Il y aura quand même un match »

Dans le sondage exclusif IFOP-La Tribune, réalisé du 11 au 13 juin 2020, les 601 personnes sondées (un échantillon représentatif de la population de Montpellier) ont été soumises à la question « Si dimanche prochain devait se dérouler le second tour des élections municipales pour élire votre maire, ici à Montpellier, pour laquelle des listes suivantes y aurait-il le plus de chances que vous votiez ? » : 39 % ont répondu pour la liste "Montpellier unie" conduite par Michaël Delafosse, 34 % pour la liste "Montpellier La Citoyenne" du maire sortant Philippe Saurel, et 27 % pour la liste "Le cœur et l'action" conduite par Mohed Altrad.

Sondage municipales Montpellier (17 juin 2020)

Pour Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l'IFOP, le résultat est « net ».

« Le fait majeur, c'est Philippe Saurel battu et la gauche socialiste de Michaël Delafosse qui est en situation de prendre la ville, ce qui signerait le retour du Parti socialiste canal historique à la mairie depuis Georges Frêche et Hélène Mandroux, analyse-t-il. Philippe Saurel était l'un des maires sortant avec le score le plus bas au premier tour... Il y aura quand même un match, d'autant que subsiste une grande inconnue : l'abstention qui était, à Montpellier, au-dessus de la moyenne des villes plus de 10 000 habitants, à 59 %. Mais on observe une vraie dynamique Delafosse. Philippe Saurel est en danger. »

L'autre enseignement de ce sondage, c'est la démonstration que la simple addition mathématique des voix rassemblées individuellement au premier tour ne fonctionne souvent que sur le papier... Ainsi, les vertus de l'alliance Altrad-Ollier-Doulain-Gaillard, qui pourrait monter à près de 40 %, ne se vérifieraient pas dans les urnes puisque leur liste décroche dans le sondage, avec 27 % des intentions de vote. Cet attelage qualifié de « baroque » va encore devoir convaincre sur sa cohérence politique (au moment de l'accord, les membres LFI qui soutenaient Alenka Doulain et Clothilde Ollier se sont désolidarisés)...

Problème de cohérence politique

L'analyse plus fine des sondés sur les tranches d'âge est peu segmentante. Elle révèle que 39 % des moins de 35 ans voteraient pour Michaël Delafosse, 32 % pour Mohed Altrad et 29 % pour Philippe Saurel.

Chez les 35 ans et plus, le chef d'entreprise est un peu plus à la peine, avec 23 % des intentions de vote seulement, contre 40 % pour le candidat socialiste et 37 % pour le maire sortant. Quant aux retraités, ils donneraient d'abord leur voix à Michaël Delafosse (40 %), puis à Philippe Saurel (33 %) et enfin à Mohed Altrad (27 %).

« Altrad a peut-être récupéré des jeunes avec Rémi Gaillard, mais il paie son problème de cohérence politique chez les plus âgés », observe le directeur général adjoint de l'IFOP.

Selon l'observation des professions exercées par les personnes sondées, les catégories supérieures (artisans, commerçants, professions libérales, cadres supérieurs) votent pour Michaël Delafosse (50 %) plutôt que pour les deux autres (25 % chacun), et les catégories populaires (employés, ouvriers) plutôt pour le maire sortant (39 %) et le candidat socialiste (37 %) que pour le chef d'entreprise (24 %).

Des difficultés à rassembler

Du côté des lignes politiques, le sondage donne à voir des proximités partisanes pas toujours attendues... 56 % de ceux ayant voté Jean-Luc Mélenchon et 85 % de ceux ayant voté Benoît Hamon lors de l'élection présidentielle de 2017 iraient voter le 28 juin prochain pour Michaël Delafosse. Mais 45 % de ceux ayant voté Emmanuel Macron et 43 % de ceux ayant voté François Fillon iraient voter... pour Philippe Saurel.

« Michaël Delafosse dispose d'une bonne réserve de voix issues de la gauche et récupèrerait même un tiers des voix des électeurs d'Emmanuel Macron, analyse Frédéric Dabi. Par contre, Philippe Saurel aura des difficultés à rassembler. On note un débord de son centre de gravité vers le centre droit, voire la droite. »

Enfin, c'est parmi ceux qui ont voté pour Marine Le Pen en 2017 que l'on retrouve le plus d'intentions de vote pour Mohed Altrad (50 %), quand 38 % iraient voter pour Philippe Saurel et 12 % pour Michaël Delafosse. Les autres soutiens du candidat chef d'entreprise viendraient des électeurs ayant voté pour François Fillon (34 %), pour Emmanuel Macron (22 %) et même Jean-Luc Mélenchon (18 %).

Ventilation des votes

Par rapport au vote du 1e tour, globalement, chaque candidat récupère ses voix : 91 % de ceux ayant voté pour Michaël Delafosse au premier tour iront voter pour lui au second. Même proportion chez Philippe Saurel.

Mais la continuité électorale est moins nette pour le candidat Altrad, qui pourrait assister à une ventilation des votes, payant probablement là aussi le doute distillé par l'alliance hétéroclite conclue dans l'entre-deux tours : 74 % de ses électeurs du premier tour voteraient aussi pour lui au second, mais il perdrait 20 % d'entre eux au profit du candidat socialiste et 6 % au profit du maire sortant.

Le candidat a présenté son programme le 12 juin, soit en plein milieu du sondage. L'annonce d'un plan de relance de plus d'1 Md € pourrait-il à terme modifier la perception des électeurs et donc leur intention de vote ? « Il est peu probable que ça fasse bouger les lignes », répond Frédéric Dabi.

Le sondage n'a pas interrogé l'impact de la crise sanitaire sur les préoccupations des électeurs, notamment leurs inquiétudes sur la situation économique et sociale à venir. Sur ce point également, le directeur général adjoint de l'IFOP, s'appuyant sur d'autres sondages récents, estime que cette considération entraîne en général peu de changement dans les intentions de vote. Certainement les citoyens estiment-ils que cela relève de la politique nationale plutôt que de décisions à l'échelle de la ville ou de la métropole.

« Ça devrait se jouer entre Saurel et Delafosse »

Il reste encore douze jours aux trois candidats pour faire campagne. Largement le temps pour de nouveaux rebondissements. Comme celui initié par le maire sortant le 12 juin, quand il annonçait mettre un terme à la vaste opération d'urbanisme commercial Shopping Promenade Ode à la Mer. Un projet très clivant sur lequel, notamment, le candidat socialiste s'était fermement engagé à mettre un terme s'il était élu. C'est chose faite avant même les élections...

« Ça devrait se jouer entre Saurel et Delafosse, conclut Frédéric Dabi. C'est peut-être rattrapable pour Philippe Saurel, mais ça va être difficile pour lui. »

Rappelons que les deux hommes ont été un temps camarades au sein du Parti socialiste avant d'être adversaires, Philippe Saurel ayant quitté le parti en 2014 parce qu'il n'avait pas obtenu l'investiture pour se lancer à la conquête de la mairie.

Un sondage restant un sondage, c'est-à-dire une indication significative de l'état des rapports de force et non des éléments prédictifs, les jeux ne sont pas faits. Et sur cet échiquier, les abstentionnistes ont en main des cartes encore inconnues à abattre.

Les trois points à retenir de ce sondage, présentés par Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l'IFOP.

Retrouvez le sondage sur le site de l'IFOP ici.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/06/2020 à 10:31 :
Delafosse (à purin?) traîne de nombreuses casseroles à l'époque où il était en charge de l'attribution des terrains municipaux. On parle de façon récurrente de plusieurs dossiers "sensibles". Ce "visage d'ange", toujours bronzé, serait-il en vérité un pervericateur? L'avenir le dira. La grosse déception dans ces municipales vient sans doute de la campagne inexistante de l'"Oriental"(Altrad). La "star" des médias et l'ami des "initiés" du Cercle Mozart s'est effondré dès qu'il a fallu monter sur le ring. Comment s'en étonner quand on voit la gestion calamiteuse du "Muphti" au sein du MHRC? Comme le soutient mon ami Mohamed, qui prépare un excellent couscous rue du Courreau, il n'y a finalement que la dentition qui brille chez Altrad.
a écrit le 17/06/2020 à 19:20 :
Mr Dabi affirme: "le resultat est net"; en tant que responsable de l'IFOP il devrait se souvenir de ses cours de statistiques et de la notion d'intervalle de confiance. Avec un échantillon de 600 personnex les resultats sont à 4% près !!!
a écrit le 17/06/2020 à 15:36 :
et vignal.... a qui il va cirer les pompes maintenant?????
a écrit le 17/06/2020 à 11:44 :
Il aurait surtout été intéressant de connaître les intentions de vote des sondés s'étant abstenu au premier tour...
a écrit le 17/06/2020 à 9:12 :
"collectif #NousSommes, soutenu par LFI"

Quelle erreur ! Comme si cette LFI (born to lose) prise en otage par Mélenchon et l'oligarchie communiste avait un quelconque attrait... Réveillez vous tous hein, vraiment.
Réponse de le 17/06/2020 à 9:37 :
"Oligarchie communiste" dites-vous? Faudra préciser! Avez-vous juste remarqué que le PCF est uni avec les écolos, les socialistes pour battre Altrad-LFI?
Réponse de le 17/06/2020 à 11:19 :
Facile, regardez ce que pèse le PC en matière d'intentions de voix et regardez tout ce qu'il touche de l’État français et de l'UE.

Ils ont généré des bastions entiers de rentes financières dont ils sont devenus totalement esclaves puisque la logique veut qu'un parti politique privilégiera d'abord ses intérêts à celui de ses électeurs.

Mélenchon par ailleurs est un admirateur de Thiers, cela ne vous parle peut-être pas mais vu qu'il l'a encore affirmé récemment expose comme il est pour la liberté des individus et ancien ami de Serge Dassault ô combien humaniste comme chacun le sait et spécialiste également d'ailleurs du détournement d'argent public aussi.

A tous les défenseurs d'une paroisse quelconque, vous devriez me lâcher plutôt que de me donner systématiquement l'occasion d'enfoncer le clou, je cherche seulement l'analyse et la pensée pour ma part.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :