Naissance de l'incubateur UPVD In Cube

 |   |  654  mots
Présents lors de l'inauguration, de g. à d. : R. Grau (député), C. Delga (Région), F. Lorente (UPVD), B. Gille (rectrice)
Présents lors de l'inauguration, de g. à d. : R. Grau (député), C. Delga (Région), F. Lorente (UPVD), B. Gille (rectrice) (Crédits : Objectif/La Tribune)
Après 15 mois de travaux, l'Université Perpignan Via Domitia a inauguré son incubateur d'entreprises innovantes, le 20 avril. Onze projets sont incubés dès l'ouverture de ce bâtiment (coût : 2,6 M€), auxquels s'ajouteront 10 projets de pré-incubation.

Dessiné par l'architecte perpignanais Jacques Outier, le bâtiment de l'UPVD In Cube dispose d'une surface de 1 000 m2, répartis en une halle de 300 m2 (événementiels et co-working), un autre espace co-working de 50 m2 réservé aux projets pré-incubés, un pôle accompagnement (dédié aux experts qui viendront coacher les porteurs de projets : experts-comptables, avocats, entrepreneurs de l'UPE 66, experts de l'INPI, de la Satt AxLR, de Perpignan Métropole Méditerranée, de Pépite-LR, etc.) et un pôle d'incubation. Ce dernier est réservé aux projets incubés : sur une quinzaine prévus en 2018, onze projets sont déjà en place et bénéficieront d'un accompagnement gratuit d'un an avant de déboucher, possiblement, sur une création d'entreprise.

L'incubateur a bénéficié d'un investissement de 2,6 M€

"L'idée de cet incubateur est née d'un constat simple : il n'existait pas jusqu'ici de dispositif de ce type sur un territoire allant de Perpignan à l'Aude, capable de détecter et héberger des projets innovants en amont, déclare Fabrice Lorente, président de l'UPVD. De plus, une étude récente sur le taux d'évaporation des entreprises créées à l'université a montré qu'elles sont trop nombreuses à être happées par des structures extérieures à ce territoire : il nous en fallait une qui attire, agrège et garde les talents."

L'incubateur a été co-financé dans le cadre du contrat de plan État-Région 2015-2020 par l'État, l'UPVD, la Région Occitanie et Perpignan Méditerranée à hauteur de 2,6 M€. Il profitera aussi de financements complémentaires apportés dans le cadre de la chaire "Incubation d'entreprises innovantes", créée avec le Crédit Agricole Sud Méditerranée en 2016.

"L'Occitanie est la région de l'innovation, ce qui implique de créer et diffuser la culture de l'entrepreneuriat dès le plus jeune âge, observe Carole Delga, présidente de Région. L'incubateur pourra aider cette prise de conscience chez les étudiants, renforcé par les dispositifs d'aide adaptés à tous les stades de l'entreprise, et qui viennent d'être révisés."

Des projets incubés aux profils divers

Au sein du pôle incubation, les onze projets sélectionnés couvrent de sujets très variés : échange entre entreprises et étudiants en communication (BoostPlace), apprentissage des langues (CorpApp), observation des animaux marins (GeoSo Tech), escape-game (Malette Escape), malterie artisanale (Maltacas'), dépistage de maladies infectieuses (Paradev), suivi des coureurs de trail (Perf'Trail), cosmétique et pharmaceutique (Phytomaora) ou application pour "connecter" les terroirs (WineScape).

"De nombreux campings ont de gros besoins de gestion dûs à la concurrence féroce qui règne sur ce marché. Là où l'offre de produits disponible se concentre sur la hausse du chiffre d'affaires, nous développons un outil conçu pour optimiser ces coûts de gestion", explique Kevin Grande, co-initiateur du projet Ezeecamp.

"La recherche d'informations scientifiques sur internet nous conduit souvent à être passifs. Nous avons voulu vulgariser ce sujets complexes à travers le jeu vidéo, qui nous permet d'être plus actif et qui est plus adapté à notre mode de vie", décrit Jean-Christophe Letraublon, qui porte le projet Play Curious avec Jesse Himmerlstein.

Ces projets bénéficieront d'un accompagnement gratuit d'un an (six mois de montage du business model, six mois de consolidation) : ils sont portés par des étudiants ou par des personnes extérieures à l'UPVD, comme c'est le cas pour Play Curious ci-dessus. À ces initiatives se rajouteront dix projets de pré-incubation dans l'année (trois mois d'accompagnement de structuration du dossier avant de passer devant le jury du pôle d'incubation).

"Cet incubateur fait la promotion de l'économie, de la diversité, il symbolise la volonté de l'université de monter en puissance, tout comme elle a voulu revenir en coeur de ville des siècles après l'avoir quitté : c'est aussi un projet de société", rajoute Jean-Marc Pujol, maire de Perpignan et président de Perpignan Méditerranée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/04/2018 à 10:25 :
Je souhaite à Monsieur LLORENTE, doyen de l'UPVD et diplômé d'éducation physique, beaucoup de chance dans son entreprise. Pour autant, lorsque j'observe que les initiatives de l'UPVD sont débridées depuis quelques années. Je ne suis pas sûr que toutes sont (ou seront) efficaces. Mais il est vrai qu'avec le soutien de Madame DELGA qui est attirée par tout ce qui brille ou fait du buzz, Monsieur LLORENTE a un soutien de poids. Les Perpignanais jugeront. C'est à la fin du bal que l'on paiera les musiciens.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :