Municipales à Montpellier : Saurel se présente en candidat du local et du global

 |   |  939  mots
Philippe Saurel présente ses ambitions pour un 2e mandat, le 19 février
Philippe Saurel présente ses ambitions pour un 2e mandat, le 19 février (Crédits : Anthony Rey)
Philippe Saurel a annoncé, le 19 février, qu'il est bien candidat aux élections municipales de Montpellier. Le maire sortant a dévoilé un programme de plus de 100 propositions, faisant le lien entre actions locales et globales ("glocal"). Parmi les annonces fortes : la modification de la ligne 1 du tramway, la création d'une agence économique et la redéfinition du programme commercial Ode à la Mer.

Confirmant qu'il est rétabli après son opération du genou, Philippe Saurel vient d'annoncer qu'il briguera un nouveau mandat de maire les 15 et 22 mars prochains. "Après avoir posé les fondations dans un premier mandat et mis Montpellier sur les rails d'une transformation humaniste et écologiste, mon ambition est désormais d'agir pour la ville, pour ceux qui l'utilisent, et pour la planète. Il ne s'agit plus de dissocier les actions locales et globales", explique-t-il le 19 février.

Plusieurs pôles d'excellence en prévision

Philippe Saurel a déroulé un (très) riche programme de plus de 100 propositions, réunies dans quatre thématiques phare : la transition écologique, la construction d'une ville bienveillante, la sécurité et le développement économique. Sur ce dernier point, le maire sortant veut tenir une promesse non réalisée sur le mandat écoulé en créant une agence de développement économique.

"Il s'agira de mutualiser des parcs d'activités avec des Agglomérations voisines : nous recevons beaucoup de demandes d'installation d'entreprises que nous ne pouvons pas traiter car il nous manque plus de 100 ha en ZAC à Montpellier, alors que les collectivités voisines disposent de ces terrains. L'objectif prioritaire de cette agence sera donc le foncier. Nous avons déjà des accords officieux avec le Pic Saint-Loup, Lunel et Sète. Nous envisageons une gouvernance partagée, avec un directeur extérieur et un conseil d'administration où siègeront ces collectivités", explique-t-il.

Le soutien aux commerces de centre-ville passera par le coup d'arrêt donné aux surfaces commerciales de périphérie : au sujet du programme Ode à la Mer prévu pour 2021, si Philippe Saurel confirme la phase de rénovation et de relocalisation des magasins aujourd'hui situés dans les zones du Soriech, de Fenouillet et du Solis, il veut revoir à la baisse le nombre de mètres carrés dévolus aux nouvelles surfaces commerciales (à ce jour : 30 % des 111 000 m2 que doit couvrir l'opération).

Philippe Saurel propose aussi de mettre en place une feuille de route 2020-2040 pour son conseil de l'industrie positive, créé en 2019 ; de créer un laboratoire de l'entrepreneuriat social, au vu du poids du secteur ; de lancer un pôle d'excellence sur la médecine du futur, dont les bases existent déjà avec le projet "Montpellier, capital santé" et l'incubateur Cyborg ; ou encore de mettre en place un pôle autour de l'agroalimentaire responsable, "par opposition à l'agroalimentaire mécanisé".

Une ligne directe en tramway jusqu'à la gare TGV

Sur le volet de la mobilité, Philippe Saurel veut multiplier les parkings-relais, renforcer l'offre de transports publics (poursuite de la ligne 5 du tramway, achat de 10 bus électriques, de 50 bus à hydrogène), mettre en place une logistique du dernier kilomètre, lancer son plan vélo de 80 M€ sur dix ans (déjà voté dans le cadre du SDMA), et moderniser l'offre Velomagg' en privilégiant le vélo électrique.

"Nous allons aussi modifier la ligne 1 du tramway : elle partira de la Mosson et finira non plus à la gare mais au Zénith. Cela nous permettra de bâtir sur cette zone un nouveau dépôt pour les rames de tramways - car les autres sont saturés - et un parking de 600 à 1 000 places. De même, nous allons construire un nouveau segment de tramway d'1 à 2 km qui reliera la Médiathèque à la gare Saint-Roch, ce qui permettra, avec la future ligne 6, de faire une liaison directe entre les gares TGV et Saint-Roch, sans contourner Antigone, avec un temps de connexion de 10 minutes", annonce le maire sortant.

Une nouvelle foncière publique en plus de la SERM

En terme de transition écologique, Philippe Saurel veut préserver deux tiers de zones agricoles en créant de nouvelles zones naturelles protégées, augmenter la trame verte le long des autoroutes, transformer le parking des Arceaux en parc naturel, passer des accords avec les Agglos voisines pour mutualiser des actions sur l'eau ou les transports, etc. "Globalement, nous passerons chaque projet au filtre du Manifeste de Montpellier pour une ville écologique et humaniste", promet-il.

Enfin, Philippe Saurel insiste sur sa volonté de construire "une ville libre et indépendante, qui pourra compter chaque fois qu'elle le peut sur ses propres forces, comme l'autorisent notre bonne santé financière et notre capacité d'investissement (il cite une étude du cabinet Michel Klopfer récemment publiée par Le Monde, ndlr)". Ainsi, il veut mettre en place un service public des énergies, une régie publique agricole pour favoriser l'agriculture bio ou la conversion en bio, et un data-center municipal pour assurer "la souveraineté numérique des habitants".

"Nous allons aussi mettre en place une nouvelle foncière publique. Ce rôle est aujourd'hui joué par la SERM, mais cette nouvelle structure sera un service dédié à part entière, moins directement lié à la ville, et chargé de lutter contre la spéculation foncière en rachetant des terrains", annonce-t-il.

 Au global, Philippe Saurel prévoit encore d'autres actions autour de la justice sociale (tarifications sociales de l'eau et des transports), de la sûreté (100 policiers municipaux recrutés), de la propreté (une brigade contre les incivilités), de la famille (plate-forme d'entraide entre parents), etc. Enfin, à trois semaines du 1er tour, il confirme la présence sur sa liste de plusieurs élus de l'équipe sortante et personnalités locales (Max Lévita, Chantal Marion, Stéphanie Jannin, Abdi El Kandoussi, Michèle Dray, Rabii Youssous, Véronique Perez, etc.) avec cette surprise : la présence en dernière place sur la liste d'André Vezinhet, ex-président du Département de l'Hérault.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :