STEAM France décroche un gros contrat avec l’Egypte et avance sur son projet industriel à Montpellier

Forte de son expertise en stérilisation et désinfection, STEAM France envisage de développer une unité d’assemblage à Montpellier. En parallèle, l’entreprise héraultaise, boostée par un contrat majeur signé avec l’Egypte, veut développer de nouvelles offres de service à l’international avant une probable recapitalisation d’ici la fin de l’année.

4 mn

La société montpelliéraine Steam France est spécialisée depuis vingt-deux ans dans la désinfection et la stérilisation des dispositifs médicaux.
La société montpelliéraine Steam France est spécialisée depuis vingt-deux ans dans la désinfection et la stérilisation des dispositifs médicaux. (Crédits : STEAM France)

Depuis le début de la crise sanitaire, qui a accéléré la prise de conscience de la prévention, de nombreux acteurs se sont positionnés sur la lutte contre le risque infectieux. Experte depuis vingt-deux ans dans la désinfection et la stérilisation des dispositifs médicaux, la société montpelliéraine STEAM France s'est retrouvée en première ligne pour capter de nouveaux marchés.

« La croissance que connaît aujourd'hui STEAM France n'est pas directement liée à notre métier d'origine mais plutôt en corrélation avec notre expertise car nous sommes en capacité d'apporter des réponses très techniques aux besoins identifiés en terme de prévention sanitaire », précise Jean-Pierre Boffy, P-dg de STEAM France.

Un contrat de 10 millions de dollars

C'est dans ce contexte que STEAM France a signé, en début d'année, un contrat de 10 millions de dollars avec le ministère de la santé égyptien, Ce contrat, majeur puisqu'il représente près de 80% du chiffre d'affaires de la société, porte sur la fourniture de 300 millions de gants en latex (soit 3 millions de boîtes). Les gants sont achetés chez le fabricant américain Medline (qui a des usines en Malaisie), STEAM France se chargeant de sécuriser le sourcing, l'approvisionnement et les délais de livraison (douze mois pour l'ensemble du contrat).

« La relation entre les Etats-Unis et l'Egypte étant compliquée, c'est là que nous amenons notre crédibilité : c'est une opération de négoce », indique le P-dg qui a mis en place une structure dédiée en Egypte (trois salariés) pour assurer l'entreposage, les contrôles de douane, etc.

Les premiers containers viennent d'arriver sur le port et STEAM France entend bien tenir la cadence de 300.000 boîtes par mois. Dans un contexte de flambées des prix, la société a réussi, pour le moment, à figer les prix mais n'exclut pas des problèmes d'approvisionnement et de tension sur les marges.

Près de 50% du chiffre d'affaires à l'export

Au-delà du positionnement stratégique avec le ministère égyptien, pierre angulaire d'une relation stable et durable, STEAM France, qui possède des filiales en Afrique (Maroc, Tunisie) et au Moyen-Orient (Dubaï), a de fortes ambitions à l'international. Après avoir livré des unités de stérilisations clé en main pour des hôpitaux au Sénégal,  la société a été retenue par Bouygues Bâtiment pour un projet au Bénin (contrat de 800.000 euros).

« Nous nous inscrivons là dans une approche plus globale d'offres de service de maintenance et d'accompagnement. Nous allons utiliser ce levier pour le déployer ailleurs, en Côte d'Ivoire et en Algérie par exemple. Notre volonté est d'accélérer à l'export pour atteindre très rapidement les 50% de chiffre d'affaires », projette Jean-Pierre Boffy.

Une chaîne complète d'asepsie

Outre ce déploiement à l'export, STEAM France connaît une belle croissance  dans l'hexagone (+ 17% en 2021 soit 12 millions d'euros). La PME poursuit d'ailleurs ses investigations autour de la stérilisation à basse température, marché prometteur sur lequel elle vise 15 à 20% de croissance.

Dans le même temps, l'entreprise prépare un projet industriel avec la construction, à Montpellier, d'une plateforme de préassemblage de stérilisateurs de toutes tailles, qui lui permettra de couvrir l'ensemble des besoins des différents métiers médicaux (professions libérales, hôpitaux,...). Un projet qui fait écho à la démarche Med Vallée, initiée par la Métropole de Montpellier.

« Le site comprendra toute la chaîne d'asepsie de l'instrumentation chirurgicale, avance le P-dg. A travers nos compétences, nous voulons ramener localement le savoir-faire dans le domaine de la santé, une conviction partagée par la Métropole de Montpellier. »

Ce projet de plusieurs millions d'euros devrait sortir de terre d'ici 2023.

Lever 10 millions d'euros

La société héraultaise, qui a modifié en début d'année ses statuts (de SA à SAS), travaille sur sa recapitalisation et espère boucler d'ici la fin de l'année une levée de fonds de 8 à 10 millions d'euros.

« Il est prévu que l'un de nos actionnaires principaux, Audacia, sorte du capital. Nous allons donc intégrer de nouveaux partenaires : industriels, business angels, fournisseurs », indique Jean-Pierre Boffy.

STEAM France vise les 40% de croissance cette année et s'est fixé pour objectif d'atteindre les 50 millions d'euros à horizon 2025.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.